JEREMIE BOSSONE : UN CAS A PART

Sa voix atypique, son goût viscéral pour les histoires, la flamboyance baroque de ses musiques, la rigueur technique de ses chansons, leur puissance émotionnelle et sa manière de les incarner sur scène, tout cela fait de Jérémie Bossone un ovni dans le paysage de la chanson française.

Après avoir remporté de nombreuses récompenses (Prix SACEM, Prix ADAMI, Pic d’Or, Vive la Reprise…), Bossone sort en 2015 son premier album, Gloires, réalisé par Ian Caple (Alain Bashung, Stevie Wonder, Tricky…).

Gloires reçoit le Coup de Cœur de l’Académie du Disque Charles Cros.

S’ensuivent deux années de tournée au cours desquelles Bossone assure les premières parties d’Arno, Yves Jamait, Camélia Jordana, les Hurlements d’ Léo…

La presse le décrit comme « le chaînon manquant entre Brel et Noir Désir », « la fusion entre Rimbaud et Dylan ». Bossone commente : «Pas mal, mais réducteur ».

De fait : sa volonté constante de renouveler ses formes le pousse à arpenter divers chemins artistiques. Parallèlement à la chanson, il officie au sein du projet rap/rock Kapuche. Il est également le réalisateur de la websérie KAPUCHE, et l’auteur d’un roman paru aux éditions Lamao : Crimson Glory.

 

 

« Jérémie Bossone est un geyser qu’on ne saurait canaliser, une force faite chanson, un talent brut, un diamant pas taillé, une voix qui oscille entre gifle et caresse ».

Michel Kemper, NOSENCHANTEURS

 

« Jérémie Bossone abat les chapelles pour naviguer sur les eaux mélangées de la chanson poétique, du slam et du rock alternatif, le tout sous-tendu par une écriture tranchée »

Valérie Lehoux, TÉLÉRAMA

 

« Difficile de rester indifférent à Jérémie Bossone, qui envoie tout à fond, ses tripes, sa guitare et son jeu de scène, extrêmement visuel, look compris. »

Marie-Catherine Mardi, TÉLÉRAMA

 

« Jérémie Bossone est un météore, une étoile filant à vive allure, un garçon qui déborde de projets hétéroclites et se tient loin des chapelles. Toujours là où on ne l’attend pas, il va, flamboyant féal à sa muse, armé de notes et de mots cueillis au jardin des plus grands. »

David Desreumaux, HEXAGONE